<Neilien - Association d’Arts Martiaux Traditionnels

Sun Lu Tang

 

Li décide de le présenter à son Maître Kuo Yun Shen qui assiste à une démonstration du jeune Sun ; ébloui, il le prend pour élève. Sun restera avec Kuo Yun Shen une dizaine d’années. Malgré tout il dira toujours que son Maître de Hsing I fut Li Kuei Yuan avec qui il était resté pendant seulement trois ans, tant son respect pour Li était grand.

Au bout de ces dix années passées auprès du Maître, Kuo décide de l’ envoyer chez son ami Cheng Ting Hua, Maître très réputé de l’école du Pa Kua Chang et sans doute le meilleur élève du Maître Tung Hai Chuan. Sun Lu Tang restera une dizaine d’années auprès de Cheng et obtiendra à son tour la maîtrise de cet art. Sun avait à peine trente six ans .



Sun Lu Tang enseignait à Pekin quand il fit la connaissance du Maître Hao Wei Cheng qui, étant malade fût recueilli par Lui. Le Maître Hao reste chez Sun Lu Tang pendant toute sa période de convalescence et ne sachant pas comment le remercier de son attention , décide de lui apprendre le Tai Chi Chuan (école Wu). Sun était déjà un Maître réputé et un expert de la boxe interne, ainsi il assimila les principes du Tai Chi Chuan en peu de temps (Il travaille avec le Maître Hao environ huit mois), il s’exerça essentiellement au touei shu (système des mains collantes) pour comprendre le système de la force ainsi que la forme.

A l’âge de cinquante ans, Il maîtrise les trois arts ce qui lui donna le surnom de " Maître de trois paumes " : Le Hsing i , le Pa Kua Chang et le Tai Chi Chuan ; d’ailleurs le Maître Sun n’aimait pas ce surnom.


A soixante-dix ans Il devient le président de l’association Nationale des arts du poing chinois et de l’association de boxe du Kiangsu qui sanctionnait un niveau extraordinaire et une moralité sans défaut. Il meurt à soixante-quatorze ans en 1933. Le Maître Sun Lu Tang était aussi connu par son haut niveau intellectuel, d’ailleurs il parlait plus volontairement de philosophie et d’astronomie que de la boxe, même s’il écrivit cinq livres concernant la boxe .

 

Maître Sun Lu Tang entouré de ses élèves 

Sun Lu Tang eu trois enfants, deux garçons et une fille, ce fût sa fille Sun Jian Yun qui popularisa et transmit son art, notamment son Tai Chi Chuan. Le Tai Chi Chuan de l’école Sun bien qu’étant la plus méconnue des branches de Tai Chi Chuan, est reconnue dans toute la Chine comme partie intégrante de quatre familles ou styles de competition , Le style Sun se caractérise par l’utilisation des pas du Pa Kua Chang , des mouvements de la taille du Hsing I Chuan et de la souplesse du Tai Chi Chuan. Le Tai Chi Chuan de l’école Sun permet de faire le lien avec ces autres arts (Hsing I, Pakua) , ses postures sont relativement hautes et les pas, pas plus larges que les épaules, les mouvements étants plus courts et compacts permettent de correspondre à chaque pas une action.


Le style Sun se caractérise par ses mouvements d’ouvrir-fermer que permet de concentrer l’énergie dans le Tan Tien ainsi que le torse et les mains pour développer une force "courte" extrêmement efficace et explosive. S’ il est vrai que le Maître recommande de ne pas pratiquer l’art pour combattre mais aussi pour améliorer sa santé, l’efficacité martiale lui est indéniable grâce aux apports du Hsing I et aux travaux de l’esquive du Pa Kua Chang.


Le Tai Chi Chuan d’une simplicité apparente permet d’être pratiqué par le plus grand nombre et à tout âge. Ses postures se sont inspirés du naturel et aucune posture n’est forcée. Cette simplicité cache le travail intérieur qui reste inaccessible sans la compréhension profonde de l’art martial interne. Dans le cadre de l’école Nei Lien qui est une école de Hsingi - Pakua Chang nous travaillons d’abord l’école Yang (petite forme), pour ensuite évoluer vers le Tai Chi Chuan de l’école Sun, une autre façon de mieux comprendre le principe d’ouvrir et fermer car ceci est le principe essentiel de la boxe.


John Squier

© 2012 Nei Lien Association d'Arts Martiaux Traditionnels.