<Neilien - Association d’Arts Martiaux Traditionnels

Sun Shi Tai Chi Chuan ou la boxe des pas rapides



A l’âge de 55 ans ayant obtenu la maîtrise de trois arts, le Maître Sun Lu Tang réorganise la forme de l’école Wu en incluant les principes du Hsing-I et du Pa Kua Chan créant ainsi le  style Sun. Il se caractérise par l’utilisation des pas du Pa Kua Chang , des mouvements de la taille du Hsing I Chuan et de la souplesse du Tai Chi Chuan. Le Tai Chi Chuan de l’école Sun permet de faire le lien avec ces autres arts (Hsing I, Pa Kua). Ses postures sont relativement hautes, les pas, pas plus larges que les épaules, les mouvements sont plus courts et compacts afin que corresponde une action à chaque pas. Le Tai Chi Chuan de l’école Sun est aussi appelé Tai Chi de pas rapides où vivants. La raison principale réside dans le fait que le Tai Chi Chuan est conçu dans une approche directement martiale et donc prêt à utiliser. Les déplacements sont concentrés sur la notion d’avancer et reculer avec le rythme commun à toutes les formes de combat (boxes où autres) afin de développer une naturalité dans les mouvements et d’utiliser la force entière du corps ainsi que l’énergie (Hu Yuan Chi).

Le style Sun se caractérise par ses mouvements d’ouvrir-fermer. Ils permettent de concentrer le chi (énergie) dans le Tan Tien (point situé dans l’abdomen à trois doigts du nombril) ainsi que dans le torse et les mains pour développer une force « courte »extrêmement efficace et explosive. S’il est vrai que le Maître recommande de ne pas pratiquer l’art uniquement dans le but de combattre mais pour améliorer sa santé, l’efficacité martiale est indéniable grâce aux apports du Hsing I et du Pa Kua Chang.

Ce Tai Chi Chuan d’une simplicité apparente permet d’être pratiqué par le plus grand nombre et à tout âge. Ses postures sont proches du naturel, aucune n’est forcée de façon à ne pas exercer trop de pressions sur les articulations (du moins dans le processus d’apprentissage contrairement à d’autres écoles qui travaillent dès le départ avec des postures basses ou larges). On se déplace comme dans la marche de tous les jours en changeant constamment le poids pour éviter de fatiguer les articulations. Cette simplicité cache le travail intérieur qui reste inaccessible sans la compréhension profonde de l’art martial interne.

Au niveau de la technique, le Tai Chi Chuan de la famille Sun est aussi très complet. Issu de l’expérience du Maître en combat réel, les travaux des pas associés à l’esquive du Pa Kua Chan ainsi que les techniques de projections et Chin-Na ou "arm-lock" sont présents, ainsi que la tenue du corps à savoir : l’alignement droit du buste et de la colonne qui permet un meilleur usage de la force issue du Hsing-I et une meilleur flexibilité du corps dans le combat contre des gens plus lourds  (Le Maître était de constitution petite et pas très lourd).

Le Maître Sun Lu Tang fût un des premiers à parler et écrire sur les trois boxes : Hsing-I, Pa Kua,Tai Chi Chuan) comme d’une seule et même famille aux mêmes principes et formant un seul Art (Nei Chia où Art de l’interne). Sun Lu Tang n’enseigna le Tai Chi que très tardivement. Au début il enseigna les trois arts de façon séparée puis considéra son Tai Chi Chuan comme la somme de toutes ses connaissances. Une sorte d’aboutissement de sa vie de pratiquant. C’est ainsi qu’à la fin de sa vie (vers 73 ans ) il commença à l’enseigner publiquement. C’est aussi la raison pour laquelle elle reste des quatre «familles» du Tai Chi Chuan la plus méconnue. Sa fille, le Maître Sun Jia Yun popularisera l’école.

                                                                                                                        


                                                                       Maître Sun Jia Yun

Dans le cadre de l’école Nei Lien qui est une école de Hsing I -  Pakua Chang nous travaillons d’abord la forme dite de 24 mouvements ou forme de Pekin (influencée majoritairement par l’école Yang) pour ensuite évoluer vers le Tai Chi Chuan de l’école Sun (la forme est composée de 98 mouvements), autre façon de mieux comprendre le principe d’ouvrir et fermer car ceci est le principe essentiel de la boxe. 

© 2012 Nei Lien Association d'Arts Martiaux Traditionnels.